Le dernier numéro d'Echos Sauvages

Téléchargez ci-contre le dernier numéro de notre publication

ECHOS SAUVAGES

N° 32 - Novembre 2019


Accéder aux numéros 30 à 39 : Cliquez ICI
Accéder aux numéros 20 à 29 : Cliquez ICI
Accéder aux numéros 10 à 19 : Cliquez ICI
Accéder aux numéros 01 à 09 : Cliquez ICI


Accéder aux numéros du journal des éléphantaux : Cliquez ICI

 

Prochain numéro d'Echos sauvages : Mai 2020


 

  • Nom du fichier : ES 32
  • Taille : 5.87 Mo
Télécharger

Lire un article d'Echos sauvages N° 32 - Novembre 2019

Pour lire l'article CLIQUEZ ICI

Cet article est changé régulièrement.

 

Couverture Echos sauvages N° 32 - Novembre 2019

 
 


 

Comores, le démontage des déchets électroniques entre dans le concret

Une formatrice, Sandra Wessels, s’est rendue aux Comores en juin dans notre centre de démontage des déchets électroniques pour former des comoriens. D’ici la fin de l’année, nous espérons pouvoir exporter notre premier container de déchets électroniques démontés et triés. C’est une grande victoire pour une petite association comme Terre & Faune. Si chacun fait sa part, nous pourrons préserver cette belle planète. Sandra a accepté de partager avec nous son expérience.

 

«Quand Isabelle Chevalley m'a demandé si j’étais d'accord de partir en Afrique afin de former des jeunes au démontage et au recyclage d'appareils électriques et électroniques ma réponse a été immédiate: Oui, bien sûr!

En arrivant aux Comores, je découvre un atelier plein de marchandise et des jeunes super motivés qui portent leurs plus beaux habits et qui s'attendent à un cours théorique comme dans un auditoire...

Le truc, c'est que le démontage et le recyclage, c'est peu de théorie, c'est de la pratique. Il faut ouvrir des appareils de tous types, de tous âges, apprendre à reconnaître les polluants afin de protéger l'environnement, les matières valorisables afin de les conditionner et de les mettre sur le marché des matières premières recyclées et surtout il s'agit de reconnaître les dangers pour sa propre santé et celle des autres.

Après une brève intro et un peu de théorie, on passe donc aux choses sérieuses, le démontage. Et là, ils me bluffent, ils sont organisés, rapides et tout en sourire écoutent mes conseils, cherchent à comprendre pourquoi telle ou telle pièce est dangereuse, comment la reconnaître, ils s'aident entre eux, me posent des questions intéressantes et développent le sujet. Ils sont tout simplement top! Après cette première journée, on a fait un boulot de dingue et on reste encore un long moment à discuter, d'eux, des Comores, de l'environnement, de leur vie, de leurs rêves. Dès le lendemain, ils viennent en habit de travail et on décide ensemble des priorités, c'est à dire nettoyer le site tout en apprenant à le faire de manière juste. On s'y met tous ensemble; je passe de l'un à l'autre afin d'apporter des réponses et des solutions à des problèmes réels. On avance bien et on en profite pour compléter leur équipement en fonction des besoins qui émergent. L'état du site s'améliore tous les jours et leurs compétences augmentent à chaque instant et cela dans une ambiance pleine de joie et de bonne humeur et dans l'espoir qu'un jour aux Comores on maîtrise le problème des déchets qui défigurent et détruisent cet environnement si magnifique. J'ai passé des moments fantastiques avec ces jeunes et ce projet mérite vraiment d’exister».

Sandra Wessels
Isabelle Chevalley


 

Date de dernière mise à jour : 16/12/2019