Le dernier numéro d'Echos Sauvages

Téléchargez ci-contre le dernier numéro de notre publication

ECHOS SAUVAGES

N° 29 - Mai 2018


Accéder aux numéros précédents - 20 à 29 : Cliquez ICI
Accéder aux numéros précédents - 10 à 19 : Cliquez ICI
Accéder aux numéros précédents - 01 à 09 : Cliquez ICI


Accéder aux numéros du journal des éléphantaux : Cliquez ICI

 

Prochain numéro d'Echos sauvages : Novembre 2018 (en préparation)


 

  • Nom du fichier : Echos Sauvages 29
  • Taille : 10.57 Mo
Télécharger

Lire un article d'Echos sauvages N° 29 - Mai 2018

Pour lire l'article CLIQUEZ ICI

Cet article est changé tous les 15 jours.
Prochain changement : Lundi 26 novembre

 

Couverture Echos sauvages N° 29 - Mai 2018

 
 


 

Malkia et Jotto, les vedettes de l’orphelinat de Nairobi

Avec toutes les victimes de la sécheresse amenées à Nairobi ces derniers mois, l’orphelinat compte actuellement 36 élé-phanteaux. Une réorganisation générale des enclos a dû être faite, ce qui a créé beaucoup de remue-ménage, certains ne voyant pas ce déménagement d’un très bon œil. Quant aux éléphanteaux plus âgés, ils ont été transférés au centre de réintroduction d’Ithumba.

Mbegu est la mini matriarche des juniors. Elle est toujours là pour apporter amour, affection ou discipline à ses protégés. Elle a du pain sur la planche avec toute cette troupe mais c’est Kiesa qui lui donne le plus de fil à retordre. Notre amie utilise toutes les ruses imaginables pour s’éclipser discrètement et en solo vers les enclos, rêvant de se délecter avant tout le monde de la bonne luzerne qui les attend au retour de leur tournée en brousse. Ngilai et Jotto sont des petits mâles adorables. On ne verra jamais Jotto bousculer les plus petits. Enkesha a bien compris cela et profite de sa gentillesse pour le bousculer et le défier. Une fois, elle a patiemment attendu que Jotto ait déterré une racine goûteuse pour se précipiter sur lui et la lui dérober. Jotto a préféré renoncer à sa friandise plutôt que de la réprimander. Ce comportement n’aurait en aucun cas été toléré par les autres mâles. Musiara et Jotto sont devenus de bons amis et s’amusent beaucoup ensemble, testant gentiment leur force respective. Le matin, quand les orphelins sortent de leur cabane dortoir, certains adorent faire un détour pour aller chiper de la luzerne dans l’auge de Maxwell le rhino. C’est le cas de Malkia, Mteto, Godoma, Tamiyoi et Kuishi et la compétition va bon train. Un jour Malkia et Kuishi ont bloqué la petite Tamiyoi avec leurs imposants arrière-trains de façon à l’empêcher de déployer sa trompe pour atteindre la luzerne. Tamiyoi s’est alors mise à crier haut et fort sa frustration. Max une fois sorti de sa torpeur matinale s’est précipité à l’extérieur pour comprendre la raison de tout ce vacarme. Il s’est retrouvé corne à trompe avec les voleuses, en pleine dispute pour sa luzerne. Il a vite résolu la situation en aspergeant toute la zone d’un grand jet d’urine bien puante, répulsif qui s’est avéré efficace contre ces imposteuses. Il a déjà assez à faire avec les phacochères ! La question étant réglée, il a basculé sur le dos, les quatre pattes en l’air, pour profiter du doux soleil matinal. Le 15 février, Solio, l’ex orpheline rhino devenue indépendante, est venue lui rendre visite. Tout excité, il a vite été désenchanté en comprenant qu’elle était accompagnée d’un rhino mâle sauvage. Outragé par cette intrusion sur son territoire, Max s’est mis à déambuler furieusement dans son enclos pour en marquer les quatre coins pendant que Solio faisait le tour de tous ses amis humains et animaux, Kiko la girafe comprise. Resté à l’écart, le rhino sauvage regardait, un peu hébété, cette scène des plus insolites. 

Date de dernière mise à jour : 14/11/2018