Le dernier numéro d'Echos Sauvages

Téléchargez ci-contre le dernier numéro de notre publication

ECHOS SAUVAGES

N° 30 - Novembre 2018


Accéder aux numéros précédents - 20 à 29 : Cliquez ICI
Accéder aux numéros précédents - 10 à 19 : Cliquez ICI
Accéder aux numéros précédents - 01 à 09 : Cliquez ICI


Accéder aux numéros du journal des éléphantaux : Cliquez ICI

 

Prochain numéro d'Echos sauvages : Mars 2019


 

  • Nom du fichier : Echos Sauvages 30
  • Taille : 8.12 Mo
Télécharger

Lire un article d'Echos sauvages N° 30 - Novembre 2018

Pour lire l'article CLIQUEZ ICI

Cet article est changé tous les 15 jours, le lundi.
Prochain changement : Lundi 28 janvier 2019

 

Couverture Echos sauvages N° 30 - Novembre 2018

 
 


 

Orphelins de Nairobi, un transfert réussi

De grands changements ont eu lieu au mois de mai à la nurserie de Nairobi: 9 des orphelins ont été transférés au parc de Tsavo (Voi et Ithumba) afin d’entreprendre leur lente réintroduction parmi les éléphants sauvages. Ils se sont bien adaptés à leur nouvel environnement.

Voilà 3 ans qu’un groupe d’éléphanteaux n’avait pas été transféré à Voi. Depuis décembre 2015, Arruba, Mashariki, Rorogoi, Elkerama, Suswa et Embu ont retrouvé leur indépendance. Juste avant que les 9 éléphanteaux de l’orphelinat de Nairibo arrivent en mai 2018, Ajali et Mbirikani, âgés de 7 et 8 ans et parfaitement capables de se débrouiller en brousse, ont aussi choisi de se joindre à un troupeau d’éléphants sauvages qui les a bien accueillis. Il est émouvant et réjouissant de voir qu’Ajali puisse avoir une deuxième chance d’évoluer dans une famille d’éléphants sauvages après le terrible accident de voiture qui l’avait handicapé et auquel il a miraculeusement survécu. Pareil pour Mbirikani, piégée à l’âge de 4 ans dans un câble métallique qui lui avait profondément entaillé la patte en lui affligeant d’horribles souffrances. Rendue incapable de marcher et de suivre sa mère et son troupeau, elle avait été recueillie par les gardiens et soignée à Voi. Maintenant, ils sont libres!

Tahri et Aruba étant les uniques jeunes éléphanteaux à Voi, l’arrivée de nouveaux venus dans le groupe pourra enfin combler les insatiables besoins maternels des petites femelles en herbe. Avant leur venue, il a été décidé que les femelles Kenia, Ndii, Mbirikani, Naikopi, Kihari, Ishaq-B et Panda étaient mûres pour être sevrées. Les gardiens ont donc arrêté de leur donner du lait à la tétée de 11h. Elles ne l’ont pas trop mal pris. Arrivées en courant pour recevoir leurs bouteilles et remarquant que les gardiens étant main nue, elles sont allées se désaltérer à l’abreuvoir du coin.

Tous les éléphanteaux ont reçu les nouveaux-venus avec joie et à grand coup de barrissements, Kenia et Ndihi étant au premier rang, ne se lassant pas de caresser tendrement les bébés de leur trompe. Même l’ex orpheline Lissa est venue le soir avec Léo et Lazima, ces deux petits, à la rencontre des envoyés de Nairobi. Ndotto, ayant été recueilli à Nairobi à seulement quelques semaines, a été un peu effrayé de se retrouver devant des éléphants tellement plus grands que lui. Après ce chaleureux accueil, toute la troupe s’est dirigée vers le bain de boue. Les 26 éléphanteaux actuellement en voie de réintroduction à Voi s’y sont plongés à cœur joie, créant un tel vacarme qu’ils ont effrayé les éléphants sauvages du coin venant souvent avec leurs petits profiter de cette belle dépression d’eau boueuse mise à leur disposition et remplie régulièrement par le Trust. Le fragile Murit se sent en pleine forme dans le nouvel environnement de Tsavo. Il est devenu la star du bain de boue. Un jour, Tahri, encore un peu jalouse des nouveaux bébés, a violemment poussé Mgegu. Face à ce comportement hostile, cette dernière a répliqué en remplissant sa trompe d’eau froide et en la déversant sans crier gare sur le crâne de la coupable. Sans rancune, elle a ensuite cherché à se rapprocher de Tahri et elles sont depuis devenues copines. Avec tous ces nouveaux bébés, Tundani, mâle âgé de 6 ans, va souvent brouter en paix à l’écart du groupe. Il apprécie la compagnie de mâles sauvages plus âgés, avide de s’inspirer de l’expérience de ces derniers. Il a même réussi un jour à convaincre le troupeau d’aller à la rencontre d’un mâle imposant, au grand dam des tous petits, effrayés par la taille de ce pachyderme. Il a fallu un bon moment aux gardiens pour calmer Ndii, Mashariki et Panda.

Cette petite histoire vous montre à quel point vous avez raison de soutenir ce magnifique projet.

Catherine Tschanen


 

Date de dernière mise à jour : 14/01/2019