Léopards

Projet de sauvetage et de protection des léopards en Inde - MANIKDOH

Contexte

L’Inde, qui a l’immense chance d’héberger la moitié des tigres de la planète et une grande partie des léopards asiatiques, fait face à d’énormes problèmes liés à la surpopulation humaine. La forte et constante demande en nouvelles terres agricoles met en danger les écosystèmes sauvages de tout le sous-continent, que ce soit au niveau des forêts d’Etat, des réserves ou des parcs nationaux. La superficie des parcs est extrêmement petite. Il n’y a pas de zones tampons entre ces derniers et les terres agricoles, état de fait qui génère un perpétuel conflit entre les animaux sauvages et le bétail des paysans. La situation est encore plus grave dans les forêts non protégées comme celles se trouvant dans la région de la mégapole de Bombay. Sa constante expansion amène les agriculteurs à chercher des terres toujours plus éloignées de la ville, en bordure de forêt.

De plus, l’état est devenu l’un des plus grands producteurs de cannes à sucre en Inde. La population de léopards qui réside dans ce milieu sauvage n’a plus assez d’espace et les femelles viennent souvent mettre bas dans leur ancien biotope, dorénavant colonisé par les humains qui voient cela d’un très mauvais œil. Des traitements d’une cruauté sans pareille étaient régulièrement infligés aux fauves. Ils étaient battus souvent à mort, voir brûlés vifs ou capturés à vie dans de minuscules cages.


 

Wildlife SOS (WSOS)

Kartick, directeur

WSOS est une organisation qui s’occupe de lutter contre l’exploitation et la maltraitance des animaux sauvages dans les régions de Dehli, Agra, Bangalore et Bombay depuis plus de 20 ans. Ses actions de sauvetage et de protection sont financées par diverses associations internationales dont Terre et Faune en Suisse qui soutient son projet de protection des ours et des léopards. Leur travail est sans pareil.

WSOS s’applique à faire changer les mentalités en apprenant le respect, la tolérance et l’importance de la conservation de la faune sauvage aux populations concernées. Elle apporte aussi des solutions à leurs problèmes.

Plusieurs sanctuaires pour les ours, les éléphants et les léopards ont été créés. Vétérinaires, gardiens, gestionnaires sont employés pour mener à bien ces projets.

Les interventions de WSOS ont permis entre autre de:

  • Secourir tous les ours danseurs de rue (1200 au départ), qui ont été transférés, soignés et réintroduits dans 5 sanctuaires indiens. Une brigade de lutte anti-braconnage est de plus active dans le nord-est de l’Inde pour empêcher le prélèvement des bébés ours dans leur milieu naturel. WSOS a réussi, grâce à son programme de sensibilisation des populations, de compensation et d’offres d’emplois alternatifs, à enrayer la pratique de montreurs d’ours vieilles de 400 ans.

  • Créer un paradis pour éléphants près d'Agra (Elephants Heaven) et, en 2018, le premier hôpital à éléphants d’Inde.

  • Etablir un sanctuaire pour les tigres à Bangalore.

  • Créer un sanctuaire à léopards à Junnar, Maharashtra. Lancer un programme de secours, transfert, soins, réintroduction ou accueil de léopards capturés ou blessés lors de conflit avec la population.


 

Manikdoh Leopard Rescue Center - Junnar - Maharashtra - Inde

Projet

Ce projet a débuté en 2001 sous la direction du Département des forêts du Maharashtra.

La destruction massive de l'habitat forestier où les léopards vivaient et trouvaient leur nourriture (cerfs chital et sambar, cochons sauvages), remplacés par des champs de canne à sucre, n’a pas laissé d’autre choix à ces félins que de s'adapter rapidement à ce nouvel environnement. Le bétail et les chiens des villages locaux sont rapidement devenus leur nouveau régime alimentaire.

Les mères léopards cachent leurs petits dans les champs de canne à sucre pour les protéger des prédateurs. Comme cela coïncide souvent avec la saison de récolte de la canne à sucre, un conflit inévitable survient entre les agriculteurs et ces félins. Cette proximité de plus en plus fréquente est évidemment ressentie comme une menace par les villageois qui leur posent des pièges, les battent à mort ou les enferment dans de petites cages de 80 cm sur 150 où ils passent le restant de leur vie au milieu de leurs excréments et de déchets de nourriture.

Anciennes cages


 

Wildlife SOS India

Kartick, directeur de WSOS, notre partenaire de terrain en Inde, sollicité sur le terrain par le Département des forêts du Maharashtra, a été choqué et bouleversé par la vision d’une trentaine de ces immondes cages à léopards empilées les unes sur les autres. Il a décidé de remédier à ce problème en construisant, dans une ancienne pépinière octroyée par le gouvernement, un sanctuaire pour ces léopards.

Objectifs

 Sauver les léopards en détresse et, dans la mesure du possible, après avoir soigné les blessés, les réhabiliter dans la nature.

 Héberger des léopards qui, pour diverses raisons, ne peuvent pas être relâchés dans la nature et leur apporter des soins à vie.

 Sensibiliser le grand public à la conservation du léopard par le biais de divers programmes éducatifs et apporter des solutions aux agriculteurs pour qu’ils puissent coexister avec les léopards sauvages.

Promouvoir et développer la recherche scientifique pour pouvoir mieux comprendre la nature et les besoins complexes des léopards.


 

Manikdoh Leopard Rescue Center

Le parc, d’une superficie de 4 hectares, est situé sur un terrain boisé bien protégé. Cependant, pour des raisons financières, seule une partie de la surface est utilisée. Il accueille actuellement 33 léopards adultes. La capacité actuelle du centre est de 40 léopards.

 

 

 

Le Dr Ajay Deshmuk, vétérinaire, aidé par 8 collaborateurs,
est responsable du centre.


L’équipe de WSOS fait de son mieux pour libérer les léopards sauvés après les avoir bien soignés.


 

Certains léopards ne peuvent pas être remis en liberté

Les handicapés comme : 

 SHIVANI, qui a perdu sa patte avant dans une bagarre.

VITHAL, une femelle qui a perdu un bout de patte arrière dans un piège et qui ne pouvait plus chasser que des proies faciles dans les villages.

 GANESH, mâle devenu aveugle après avoir été sauvagement battu par les villageois.

Shivani

Vithal

Ganesh

Les léopards qui ont été enfermés trop longtemps.

 Les léopards classés comme "mangeurs d'hommes". En cas d'incident, si l’équipe de la Wild Life SOS arrive à temps pour sauver le léopard avant qu'il ne soit tué par les villageois, elle le relâchera dans une forêt éloignée. S’il y a récidive par contre, ce léopard devra être gardé au centre.

Les léopards, trop vieux qui ne s'attaquent qu’à des proies faciles comme les animaux domestiques et le bétail.

 Les bébés léopards, séparés de leur mère.

 


 

Les défis du début

L’urgence était de construire des enclos décents pour tous ces léopards emprisonnés et de les enrichir d’arbres, de verdure, de troncs et de plateformes.

Les Fonds étaient maigres au début. Seules de misérables cages de 4m sur 4m en béton avec des barreaux étaient à disposition. Petit à petit et grâce au soutien de Terre & Faune, de beaux grands enclos de 125m2 ont vu le jour et les léopards ont pu y être relâchés et jouir d’une vie digne de leur espèce.

Terre & Faune a investi 207'000 CHF depuis 2011 pour construire les enclos du sanctuaire.

Grâce à vous, nos membres, parrains et donateurs, des dizaines de léopards
ont retrouvé la joie de vivre en semi-liberté.

Ce don est inestimable pour eux..

Un immense merci !

 

Des fonds sont cependant constamment nécessaires aujourd’hui pour entretenir tous ces léopards. Il faut aussi construire de nouvelles structures pour accueillir d’autres potentielles victimes.

Actuellement, les dépenses annuelles du centre s'élèvent à :

CHF 70'000.- (INR 3'600'000.-)

 

Ce qui comprend : les salaires annuels du vétérinaire, du superviseur, des 8 gardiens d'animaux et les soins alimentaires et médicaux pour chaque léopard. Un léopard mange en moyenne 3 kilos de viande par jour et des compléments alimentaires équilibrés.


 

Pour lire la suite du PROJET LEOPARD

Merci de cliquer ICI

Date de dernière mise à jour : 25/04/2019